logo entretiens Energies de la mer bandeau entretiens Science et Ethique
M E N U

Année :



Veilles internationales
Informations du 17/06/2021

Energies de la mer
www.energiesdelamer.eu

energiesdelamer.eu vous souhaite un bon week-end de 15 août


2002 : Milieux Extrêmes d’un monde à l’autre, Terre, Mer et Espace > TR 5 : Vingt mille vies sous les mers, Valorisation et usage du vivant en milieu marin, application à la région Bretagne >  La transformation des algues marines

La transformation des algues marines

Christine Bodeau, Ingénieur en Génie Biotechnologie à l'INSA de Toulouse

Biographie :

BODEAU Christine

Compte rendu :

Transcription :

22 novembre 2002 TR5


Discours de Christine Bodeau



J’ai une formation de chercheur et j’ai eu la chance de partir au Québec, il y a vingt-cinq ans, travailler sur un aspect fondamental des algues, notamment d’extraits actuellement très valorisés dans l’industrie pour leurs propriétés épaississantes et gélifiantes qui sont les carraghénanes. J’ai créé mon entreprise, Science et Mer, il y a seize ans. Maintenant, j’ai la satisfaction, à partir de notre recherche, de notre effort de développement et de création de nouveaux produits, de pouvoir engendrer du chiffre d’affaires et de faire en sorte que l’entreprise se porte correctement. Si Science et Mer existe, c’est parce qu’il y a dans cette région une tradition de récolte des algues et de valorisation des produits de la mer qui date de Louis XIV. En effet, à cette époque, nos grands champs de laminaires étaient déjà exploités, les algues séchées sur la dune et brûlées pour en faire des pains de soude qui ont servi à la fabrication du verre des palais de Louis XIV. Au début du XXe siècle, ces pains de soude ont été utilisés, après dissolution et distillation, pour l’extraction de l’iode. Ce marché de l’iode a disparu aujourd’hui pour des raisons économiques (sources d’iode dans le monde moins chères). Puis, on a envisagé des applications vers l’agriculture : on a réalisé que là où les algues séchaient sur la dune, l’herbe était verte et les champignons poussaient. Dans les années 1940, on a vu apparaître la valorisation d’autres molécules extraites d’algues qui sont des produits épaississants et gélifiants : les carraghénanes (épaississants), extraits d’algues rouges et les alginates (gélifiants) extraits d’algues brunes. Ces produits sont valorisés et consommés chaque jour, puisque ce sont maintenant des multinationales qui se chargent de leur extraction. En parallèle de cette tradition de récolte d’algues tout à fait locale, qui vise bien sûr l’extraction des carraghénanes et des alginates, il y a d’autres traditions qui existent depuis longtemps comme l’amendement calcaire (extraction de Lithothamnium calcareum), et des petites entreprises sont apparues comme Science et Mer qui valorisent les algues dans le domaine de la cosmétique et de la thalassothérapie. Il y a également plusieurs petites entreprises qui se sont créées dans le domaine de l’algue alimentaire, grande tradition en Asie, et qui a un peu de mal à percer ici.

Nous pourrons ensuite approfondir les espèces qui sont plus favorisées que les autres et entrer dans le débat lié aux problèmes d’exploitation d’une ressource, sans bien sûr perturber l’écosystème.






Mis à jour le 31 janvier 2008 à 16:07