logo entretiens Energies de la mer bandeau entretiens Science et Ethique

Veilles internationales
Informations du 23/06/2017

Energies de la mer
www.energiesdelamer.eu

La Région Bretagne se dote du plus jeune président à la tête d'une région


B R È V E S


Une photo de mer tous les lundis ?
Retrouvez chaque lundi la photo de mer, pour bien commencer la semaine avec
image Science et Ethique


2009 : L'Heure bleue : Changement climatique, énergies de la mer et biodiversité > Ouverture >  Accueil

Accueil

Jean-Paul Alayse, Océanopolis et Brigitte Bornemann-Blanc, 3B Conseils, déléguée générale
François Cuillandre – Maire de Brest, Président de BMO, représenté par Alain Masson

Biographies :

ALAYSE Jean-Paul, BORNEMANN Brigitte, MASSON Alain

Compte rendu :

Regardez la vidéo de l'intervention sur canalc2.tv : cliquez ici.

Transcription :

15 octobre 2009 Accueil


Discours de Jean-Paul Alayse :

Nous sommes très heureux d’accueillir à Océanopolis, les entretiens, pour la 7ème année consécutive. Ces 13èmes entretiens sont intitulés « L’heure bleue », on y parle de changement climatique, de changement global et je pense que, dans le cadre de ces changements,on verra aussi les conséquences sur la biodiversité en général, sur les ressources exploitées. On verra aussi qu’on pourra peut-être trouver à travers les énergies marines renouvelables des solutions pour minorer l’impact de ces changements sur notre environnement. Je pense que le programme de ces deux jours est très riche et qu’il favorisera les échanges. Les problématiques dont on va parler nous intéressent beaucoup à Océanopolis parce que nous avons la charge d’y sensibiliser nos concitoyens. Nous sommes donc très contents d’accueillir ces entretiens parce que ça nous donne des thèmes pour nos futures expositions ou nos futures conférences.
Ces deux journées de débats vont être très fructueuses, je n’en doute pas. Elles seront suivies d’un forum international organisé par la FAO et par le PNUD qui va se tenir au Quartz à Brest les 21 et 22 octobre. On y parlera d’anticiper les changements, d’en appréhender les risques et d’adapter nos pratiques sociales, économiques pour essayer d’en minorer l’impact. Tout cela en se basant, et c’est ce qui est intéressant, sur des échanges entre des régions. On va faire des échanges d’expériences concrètes ce qui permet de croiser les résultats. Ça se passera juste après les entretiens, une sorte de continuation de ces problématiques du changement climatique.
Je pense que de ces deux événements qui vont se suivre, vont émerger un certain nombre de propositions qui pourront peut-être ensuite être portées jusqu’à la conférence mondiale sur le climat qui se tiendra en décembre prochain à Copenhague. J’espère que les travaux d’ici pourront porter leurs fruits et être poursuivi ailleurs.
Ce suivi sur la problématique du changement climatique est aussi quelque chose qui nous intéresse.
Je vais aussi profiter de votre présence, puisque vous êtes nombreux, pour faire passer un message. Comme vous le savez certainement, chaque année, nous avons un festival du film de l’aventure océanographique, le FFAO, autour d’une thématique annuelle où on présente des longs métrages, des courts métrages, des documentaires, des films d’animations… Cette année, le FFAO va être axé sur l’Océan qui est encore un monde à explorer. On ira l’explorer ensemble si vous le voulez bien. Le festival se tiendra dans nos murs du 23 octobre au 1er novembre prochain et nous vous invitons à venir. Nous aurons, le dernier jour, une journée forte puisque qu’autour d’Irène Frain, romancière célèbre, et de son dernier ouvrage « Les naufragés de Tromelin », on va réunir un plateau de scientifiques : ethnologues, archéologues, historiens… On pourra débattre de l’Océan Indien et ils nous feront partager cette passion qu’ils ont en commun. Je vous invite à cet événement qui à mon avis est exceptionnel.
Je vous souhaite maintenant deux jours de travaux fructueux. Que de ces discussions émergent beaucoup de choses que l’on pourra porter, ou faire porter, à Copenhague. Je laisse la parole à Brigitte que je remercie encore pour tous les mots gentils qu’elle a dit à propos d’Océanopolis et bien sûr au président Michel Ricard.



Discours d'Alain Masson :

Mesdames, Messieurs

Je suis très heureux d’ouvrir les traditionnels entretiens « science et éthique ».
Comme chaque année je veux redire le plaisir de la ville de Brest d’accueillir professionnels et passionnés de la grande cause de la mer et des océans.

D’autant que les thèmes qui vont animer ces 13èmes Entretiens, très présents dans l’actualité nationale et internationale, le sont aussi dans l’actualité locale

Brest connait de longue date une forte émulation scientifique dans bien des domaines. Mais de toutes les conférences qui se tiennent régulièrement ici, celles consacrées à la mer et aux océans ont une place particulière. Par son histoire, sa géographie, son développement économique, toutes les questions liées à la mer résonne à Brest de manière presque identitaire.

Dans ce concert de développement scientifique, les entretiens « science et éthique » se déroulent chaque année depuis plus de 10 ans et s’inscrivent dans la maturité scientifique et la dynamique de la pointe de Bretagne.

Je veux saluer cette volonté de rassembler la diversité des points de vue, de croiser les disciplines et de permettre leur rencontre par un regard éthique posé sur les avancées scientifiques. Cette démarche interpelle fortement des acteurs de la mer et des océans et sensibilisent toutes les générations en particulier sur les grandes questions environnementales et sociales soulevés par l’utilisation d’un espace aussi riche que fragile.
Cette année, les Entretiens lèvent le voile sur les questions liées aux énergies marines et aux changements climatiques.

Il s’agit d’une réflexion importante à la veille du sommet de l’ONU sur le climat qui se tiendra à Copenhague.

Confrontés au péril climatique, les dirigeants du monde entier devront parvenir à surmonter leurs divergences d’intérêts de court terme pour se rassembler autour d’un projet politique qui soit à la hauteur des enjeux que nous allons devoir tous ensemble affronter dans les décennies à venir

Le réchauffement du système climatique est sans équivoque. L’activité humaine en est la cause. Ses impacts se font déjà ressentir en différents points du globe, notamment par la multiplication des catastrophes climatiques.
Responsables de la majorité des émissions de gaz à effet de serre aujourd’hui dans l’atmosphère, munis de capacités d’action plus fortes, les pays industrialisés portent la responsabilité morale, légale et économique de mener le combat contre le dérèglement du climat.

L’enjeu est bien mondial, il dépasse les frontières de Brest métropole océane, mais, comme je vous le disais, il ne nous est pas étranger.

Par ses initiatives et les compétences présentes sur son territoire, Brest veut être acteur de ce combat

Je pense à l’initiative prise par Brest métropole océane d’interpeller voilà quelques temps le réseau des communautés urbaines de France afin d’engager une réflexion commune sur nos plans climats.

Je pense à la venue prochaine à Brest de la Rencontre internationale sous l’égide du FAO et du PNUD sur les conséquences socioéconomiques des changements climatiques sur les territoires. Rencontres initiées grâce à la présence à Brest de Climsat, centre d’expertise des nations-unies sur l’imagerie satellitaire et la veille climatique.

Je pense aussi la candidature de Brest métropole océane – a priori en bonne voie – pour accueillir la plate-forme nationale technologique sur les énergies marines, en vue de faire émerger une filière industrielle nationale

Mesdames, messieurs,
Notre soutien à ces initiatives est celui d’une agglomération responsable et engagée
Responsable de son propre développement territorial, économique, social
Engagée pour des enjeux dont le désintérêt serait fatal aux générations futures.

Je vous souhaite de riches et fructueuses rencontres.

Merci à toutes et à tous










Mis à jour le 26 octobre 2009 à 16:27