logo entretiens Energies de la mer bandeau entretiens Science et Ethique
M E N U

Année :



Veilles internationales
Informations du 28/11/2020

Energies de la mer
www.energiesdelamer.eu

energiesdelamer.eu vous souhaite un bon week-end de 15 août


B R È V E S


Le littoral vu par les jeunes
Les webtrotteurs des lycées Vauban et Kerichen sont allés à la rencontre des jeunes des écoles de Ouessant et du Conquet et leur ont posé une question simple : Pour toi, qu'est-ce que le littoral ?

Visionnez les réponses des jeunes :
- Ecole Sainte Anne à Ouessant
- Ecole Saint Joseph au Conquet



2005 : Le littoral et les avancées scientifiques > TR 1 : Un littoral, des approches diversifiées >  Discours d'ouverture : Les enjeux du littoral : Politique et développement

Discours d'ouverture : Les enjeux du littoral : Politique et développement

François Cuillandre, Maire de Brest, Président de Brest Métropole Océane

Biographie :

CUILLANDRE François

Compte rendu :

Voir la vidéo de François Cuillandre


Transcription :

7 octobre 2005 Ouverture


Discours de François Cuillandre

Mesdames, Messieurs,

Je suis très heureux de vous accueillir à Océanopolis et d’ouvrir ces 9ème entretiens scientifiques. De toutes les conférences scientifiques qui se tiennent à Brest chaque année, celle-ci tient une place particulière.
Si elle traite des avancées scientifiques, le regard éthique qu’elle pose sur ces sujets se veut aussi un regard clairvoyant et attentif sur leurs portées humaine et citoyenne. Cette démarche est fondamentale. Elle l’est d’autant plus à Brest, cité du Ponant, qui a parié très tôt sur le développement de son potentiel scientifique. L’ingénierie, la qualification et la maîtrise des technologies ont donc été les éléments fondateurs de ce qui est aujourd’hui le véritable pôle européen de la recherche océanographique.
Cette maturité scientifique et économique a été un objectif fort du développement de notre métropole. La réussite se traduit sans aucun doute par la reconnaissance internationale d’un pôle de compétitivité mer.
Mais cette dimension économique et scientifique doit nous rendre encore plus attentifs aux implications des avancées scientifiques.
Il est donc important que les communautés, scientifique, juridique, économique, associative, et bien entendu, politique, puissent croiser leurs points de vue et leurs initiatives. La qualité et la diversité de cette assemblée réunie aujourd’hui au sein d’Océanopolis relèvent parfaitement ce défi.
Avant que ne débutent vos travaux auxquels je ne pourrai assister compte tenu d'un agenda chargé, j’aimerais vous faire part rapidement des quelques initiatives fortes et en faveur du littoral.
La question du littoral est forcément, dans ce bout de l’Europe, une question culturelle et identitaire. C’est en partie sur ce constat que s’est créée en 2000 l’association des communautés du pays de Brest, regroupant 80 communes et 6 communautés communes, toutes impliquées dans une gestion raisonnée et durable de leur territoire.
Ainsi est né, voilà quelques mois, notre projet de gestion intégrée des zones côtières, avec des partenariats importants, institutionnels, techniques, scientifiques ou touristiques.
Cette volonté d’une approche globale est partie du constat d’une gestion décousue et parfois anarchique de nos côtes, d’un paysage morcelé par l’urbanisation, d’une fragmentation des espaces naturels, d’une pollution diffuse ou d’une intensification mal contrôlée des cultures. Il nous est apparu souhaitable que cette union soit constructive afin de renforcer les facteurs de qualités de domaines naturels exceptionnels, de se fixer des objectifs raisonnés à l’échelle de ce territoire pour les activités telles que l’habitat, les métiers ou le tourisme et, par là même, donner un sens opérationnel au concept de Gestion Intégrée des Zones Côtières.
Cette initiative, qui a été retenue dans les appels à projets de la Datar, est une sorte d’écho à une mobilisation plus ancienne et dans un domaine d’action différent, dont nous avons récemment fêté le 25ème anniversaire ; je veux bien entendu parler de Vigipol, qui a succédé au syndicat Amoco, qui a mené procès pendant de longues années contre la multinationale du même nom.
Née d’une révolte, d’un refus de la fatalité, la conviction qui a porté les communes littorales de Bretagne nord n’était pas, déjà à l’époque, dépourvue d’une certaine conscience des effets pervers de la mondialisation.
Vigipol mène encore son combat juridique et politique, en continuant, par exemple, à se porter partie civile chaque fois qu’une catastrophe ou un acte volontaire vient souiller les côtes de Bretagne.
Ces deux approches sont exemplaires et complémentaires. Elles sont aussi, dans leur domaine, légitimes pour être parmi les acteurs d’une réflexion approfondie et vigilante sur l’avenir des territoires et des modes de vie.
La connaissance scientifique est porteuse d’enthousiasme et d’espoir, autant que de risques et de dangers.
« L’humanité n’est pas héréditaire » écrivait Marie Balmary, voilà bien ce qui fonde notre démarche aujourd’hui.
Bienvenue à Brest et je vous souhaite un excellent et fructueux colloque. Je vous remercie.





Mis à jour le 21 janvier 2008 à 14:35