logo entretiens Energies de la mer bandeau entretiens Science et Ethique
M E N U

Année :



Veilles internationales
Informations du 02/07/2020

Energies de la mer
www.energiesdelamer.eu

Le rapport 2020 de l'Observatoire des énergies de la mer est en ligne


2002 : Milieux Extrêmes d’un monde à l’autre, Terre, Mer et Espace > TR 5 : Vingt mille vies sous les mers, Valorisation et usage du vivant en milieu marin, application à la région Bretagne >  Les océans, responsabilité sociale et économique

Les océans, responsabilité sociale et économique

André le Berre, Président du Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins de Bretagne (CRPMEM)
représenté par
Gérald Hussenot, Secrétaire général du Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins de Bretagne (CRPMEM)

Biographie :

HUSSENOT Gérald

Compte rendu :

Transcription :

22 novembre 2002 TR5


Discours de Gérald Hussenot



Le rôle du Comité régional des Pêches, créé par la loi de 1991 et le décret de 1992, est non pas de “ préserver ” la ressource, mais de tenter de participer à une gestion équilibrée de la ressource et également de mettre en œuvre les mesures d’ordre et de précaution qui permettent d’harmoniser les intérêts des différents professionnels, essentiellement dans la bande côtière (bande des 12 milles), mais également au-delà quand il y a possibilité de le faire. L’objet du débat d’aujourd’hui est la valorisation et l’usage du vivant, et nous, nous sommes en bout de chaîne, car nous sommes les “ producteurs ”, ceux qui puisent sur la ressource. Cependant, on constate qu’il y a progressivement une prise en compte des problèmes environnementaux et des problèmes de ressource par la profession elle-même, et il y a progressivement une acceptation -ce qui n’était pas évident -, car la logique d’une entreprise de pêche n’est pas une logique de scientifiques, c’est une logique de production, soumise à des obligations de résultats et par conséquent il n’est pas évident pour les professionnels d’accepter de “ s’autolimiter ”. N’empêche qu’il apparaît d’une façon globale une volonté certaine de participer à cette gestion équilibrée des ressources. Enfin, ces ressources deviennent globalement de plus en plus rares, constat que reprend à son compte la Commission de Bruxelles, ce qui d’ailleurs ne nous empêche pas d’apporter un éclairage un peu différent sur les préconisations de Bruxelles en ce qui concerne la future politique commune des pêches. Il est vrai que le concept de gestion durable des ressources, devenant des biens rares et donc qu’il faut valoriser au mieux, est soutenu par de plus en plus de professionnels, et c’est pourquoi la collaboration entre pêcheurs et scientifiques est si importante. Le rôle des permanents du Comité régional est de faire passer ce message : il y a une valorisation à faire des produits en face d’une demande forte, mais les produits deviendront de plus en plus rares. Comment faire ? Toute la question est là.




Mis à jour le 31 janvier 2008 à 16:17