logo entretiens Energies de la mer bandeau entretiens Science et Ethique
M E N U

Année :



Veilles internationales
Informations du 25/11/2020

Energies de la mer
www.energiesdelamer.eu

energiesdelamer.eu vous souhaite un bon week-end de 15 août


2001 : Internet, la substantifique toile : science en jeu et jeu de pouvoirs ? > TR3 : Interconnexion et validation de la connaissance >  Discours de Michel Crozon : Bases de données scientifiques et vulgarisation médiatique

Discours de Michel Crozon : Bases de données scientifiques et vulgarisation médiatique

Physicien, directeur émérite de recherche au CNRS, vice-président de l'AFAS

Biographie :

CROZON Michel

Compte rendu :

Transcription :

19 octobre 2001 TR3


Discours de Michel Crozon



Bases de données scientifiques et vulgarisation médiatique

Michèle Le Goff :
On parle de mise à disposition d’utilisateurs, de ces données scientifiques, de marché de la connaissance. Nous allons évoquer maintenant une autre expérience que va vous présenter Michel Crozon. Il s'agit d'une base de données qui s’adresse très directement aux journaux comme média, vecteur de l’information et donc qui s’adressera donc à terme au grand public.

Michel Crozon :
L'idée de départ est la suivante : les chercheurs produisent des résultats, du savoir, de la connaissance; il est utile que cette connaissance revienne aux citoyens qui sont à la fois les financeurs et les fournisseurs de problèmes aux scientifiques. Cela passe par différents canaux.
Cette question de diffusion de la connaissance n’est pas complètement évidente. En France ou en Europe, on est actuellement informé des progrès scientifiques par la presse essentiellement.

Alpha Galiléo : une base de données scientifiques européenne

Or il se trouve qu’en matière de diffusion scientifique, la principale base de diffusion scientifique dans le monde s’appelle “ EUREKALERT ”. C'est une base située aux États-Unis, qui est de ce fait même extrêmement biaisée dans son rapport à la production scientifique. En gros, les productions scientifiques américaines sont extrêmement bien diffusées mais les autres beaucoup moins bien. Le Britannique Peter Green a donc eu l'idée de créer une base de données, une base d’information scientifique pour la presse qui s’appelle Alpha Galiléo (alphagalileo.org). Il a été soutenu au départ, par la Grande-Bretagne. Le Gouvernement britannique, puis le gouvernement français et maintenant la Direction générale n 12 de la Commission européenne soutiennent ce projet qui est en train de se mettre en place. En quoi cela consiste-t-il ? Les laboratoires de recherche, les chercheurs ou les institutions de recherche émettent des communiqués de presse que l'on met en ligne sur le site web alphagalileo.org. Ce site est libre d’accès, et les communiqués sont donc, sur cette base, disponibles à tout le monde, même si un certain nombre de communiqués de presse, en particulier les plus récents, sont soumis à ce que l’on appelle un embargo. Une publication scientifique n’est en effet considérée comme validée que lorsqu’elle est parue dans une revue disposant d'un comité de lecture. Il se trouve que pour faciliter le travail de la presse, il est maintenant devenu coutumier d’envoyer les communiqués de presse aux journalistes, huit ou dix jours avant la publication de l’article, de façon à ce qu’ils puissent eux-mêmes préparer un article. Cet article pourra alors sortir le jour même de la publication de l’article ou communiqué scientifique en question. C'est ainsi que les journalistes deviennent des clients privilégiés et obtiennent le droit d’être inscrits sur la liste des journalistes accrédités.
Qui peut écrire sur alphagalileo.org ? Afin de diffuser une information de qualité, validée scientifiquement, la base est ouverte à des scientifiques qui doivent être, non seulement chercheurs, mais également accrédités par le responsable du laboratoire ou par le responsable de l’organisme de recherche auquel ils appartiennent.
Les chercheurs européens et notamment français ont en général de grandes réticences à communiquer leurs résultats sur de tels supports. C'est pourquoi il est nécessaire de les convaincre de l'utilité d'une telle démarche et, la cas échéant de les aider à la rédaction des communiqués de presse. C'est pourquoi le ministère de la recherche et de la technologie, qui soutient fortement ce site procède à une campagne destinée à convaincre aussi bien les établissements de recherche et les universités que les chercheurs eux-mêmes de l'intérêt de cette démarche.

Cet exposé a été accompagné d'une démonstration , projetée sur l'écran de la salle de conférence, de l'accès direct par WEB au site alphagalileo: Adresse (alphagalileo.org), inscriptions (journalistes ou chercheurs), consultation de communiqués de presse récents, et notamment d'un communiqué émanant de laboratoires brestois, identification de données sous embargo......







Mis à jour le 04 février 2008 à 12:14