logo entretiens Energies de la mer bandeau entretiens Science et Ethique

Veilles internationales
Informations du 28/11/2020

Energies de la mer
www.energiesdelamer.eu

energiesdelamer.eu vous souhaite un bon week-end de 15 août


B R È V E S


Galerie de photos
Consultez notre galerie photo des entretiens

Une photo de mer tous les lundis?
Nautilus Magazine vous propose de recevoir gratuitement chaque semaine une photo de mer. Cliquez ici pour vous inscrire.


2006 : La biodiversité du littoral > TR1 : La biodiversité des habitats littoraux, histoire et évolution >  Discours d'ouverture

Discours d'ouverture

François Cuillandre, Maire de Brest depuis 2001 et Président de Brest métropole océane. Ancien auditeur de l’IHEDN, Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale. Membre de la Commission présidée par Jean-Yves Le Drain pour l’Assemblée Nationale pour le rapport sur « le naufrage de l’Erika ». Deuxième président de « Vigipol », ex syndicat Amoco-Cadiz.

Biographie :

CUILLANDRE François

Compte rendu :

Voir la vidéo de François Cuillandre

Transcription :


13 octobre 2006 Ouverture


Discours de François Cuillandre :


Je suis très heureux de vous accueillir et d’ouvrir une nouvelle fois à Brest les 10èmes entretiens « science et éthique ».

De toutes les conférences scientifiques qui se tiennent à Brest chaque année, celle-ci tient une place particulière.
La vie économique et scientifique de la cité du ponant est rythmée par de nombreux congrès internationaux. A l’instar de la Sea Tech Week 2006 qui débute la semaine prochaine, ils mettent en évidence le potentiel scientifique et ses acteurs économiques. Ils offrent une meilleure lisibilité de la ville au niveau national et international.
A chaque fois, ces congrès sont à l’initiative ou reçoivent le soutien de Brest métropole océane.
Cette démarche est, bien entendu, volontariste et s’inscrit dans le souci de toute métropole de renforcer son rayonnement et son développement économique.

Si votre colloque participe de cette dynamique, le soutien apporté par la collectivité est avant tout celui d’une agglomération citoyenne et responsable.
J’aurai tendance à considérer ces rencontres comme « un arrêt sur image », une sorte de pause cruciale face la vitesse des développements économique et scientifique.

Peut-être ici plus qu’ailleurs, la sensibilité au progrès est prégnante. Vous le savez, Brest a parié très tôt sur le développement de son potentiel scientifique. L’ingénierie, la qualification et la maîtrise des technologies ont été les éléments fondateurs de ce qui est aujourd’hui le véritable pôle européen de la recherche océanographique. Cette maturité scientifique et économique a été un objectif fort du développement de notre métropole dont la réussite se traduit par la reconnaissance internationale d’un pôle de compétitivité mer.



Le regard éthique posé par ce colloque sur les avancées scientifiques nous concerne d’une manière impérative.
En particulier, la question de la biodiversité du littoral est à la croisée de nombreux chemins. Elle sollicite les chercheurs, mais aussi toutes les activités humaines qui s’exercent sur le littoral.
Plus que jamais, cette question, véritablement identitaire à la pointe Bretagne, doit être partagée entre tous les acteurs.
Les relations de l'Homme à son environnement ne sont pas figées et uniques. Elles dépendent des représentations que les différents acteurs se font de cet environnement, de la façon dont Ils utilisent ses ressources, voire de la manière dont ils légifèrent.
Il est important que chaque communauté, scientifique, juridique, économique, associative, et bien entendu, politique, puisse croiser leur point de vue et leurs initiatives.
Ces initiatives en faveur de la biodiversité du littoral sont nombreuses. Elles sont diversifiées, se fondent sur des initiatives locales, sur des attentes précises, sur des observations d’une gestion parfois décousue de nos côtés. Elles sont aussi le fruit de considérations plus globales, nationales ou européennes.
Toutes sont portées par une seule ambition : la protection d’un patrimoine inestimable et profitable à tous.
Elles doivent aussi pouvoir trouver des champs d’actions communs. Aucune initiative locale ne peut perdurer si elle n’est pas prise en compte au niveau global. Mais il est vrai aussi qu’une politique globale sera viable si elle prend en compte les particularismes locaux essentiels.
Ceci doit nous pousser à persévérer dans l’échange, la confrontation d’expériences, et surtout, dans l’éducation. Sur ce point, je salue les ateliers ouverts les entretiens scientifiques aux juniors. Cela traduit dans les faits la nécessité de former les plus jeunes aux grandes questions que nous nous posons, parce que l’enjeu ici est bien celui de leur propre avenir.
Il s’agit là d’une pierre importante de l’édifice dans lequel des mots tels que biodiversité ou développement durable n’auront plus de sens du fait de leur occurrence dans les mentalités.

En attendant, merci à toutes et à tous. La qualité et la variété de cette assemblée réunie aujourd’hui honore notre ville, promet la richesse des échanges et constitue une source d’optimisme.
Bienvenue à Brest et je vous souhaite un excellent et fructueux colloque.






Mis à jour le 18 janvier 2008 à 15:10