logo entretiens Energies de la mer bandeau entretiens Science et Ethique
M E N U

Année :



Veilles internationales
Informations du 28/11/2020

Energies de la mer
www.energiesdelamer.eu

energiesdelamer.eu vous souhaite un bon week-end de 15 août


1998 : Risques associés aux progrès technologiques > Restitution de l'Atelier Repère "OGM" >  Discours de Renan Lafrogne

Discours de Renan Lafrogne

Ingénieur de sécurité sanitaire

Biographie :

LA FROGNE Renan

Compte rendu :

Transcription :


23 octobre 1998 Atelier OGM


Discours de Renan Lafrogne :


Résumé : Le dialogue qui s’est instauré avec la salle à permis de présenter le point de vue d’un cabinet de conseil en innovation en matière de nouveaux risques.


Il existe trois types de risques :
transfert du gène de résistance aux antibiotiques. La probabilité de transfert de ce gène aux micro-organismes du tube digestif est quasi-nulle (source Le génie génétique appliqué à la production alimentaire F. Decloître et G. Collet-Ribbing (1997) ).
allergies. Les modifications génétiques peuvent induire la production de nouvelles protéines potentiellement allergisantes. Il faut donc pouvoir tester et maîtriser ce risque.
transfert de gènes de résistance aux plantes sauvages. Ce risque existe.

Concernant les OGM, il ne faut pas avoir de jugement binaire (dangereux ou pas). Il faut pouvoir étudier et valider au cas par cas chacune des variétés.
La réglementation n'est pas complète aujourd'hui : la liste négative n'est pas définie, la méthode officielle française n'est toujours pas validée et aucun seuil n'est préconisé.
La méthode devra pouvoir permettre de détecter tous types de transgènes en garantissant une fiabilité du résultat (absence de faux positifs et de faux négatifs). Il est important que cette méthode puisse également détecter les transgènes non autorisés en Europe et qui seraient entrés frauduleusement.
La meilleure maîtrise passe par :
des garanties au niveau des semences ; attention aux attestations tendancieuses du type "garantie de graines traditionnelles",
la validation des éléments de nettoyage, d'identification et de traçabilité mis en place tout au long des procédés de transformation.
Pour les industriels de l'agro-alimentaire, tout ceci permet de référencer un fournisseur. Des contrôles peuvent et doivent être réalisés en amont et sur les produits finis.
Mais, aujourd'hui, beaucoup de fournisseurs ne sont déjà plus en mesure de garantir l'absence d'OGM sur leurs ingrédients et matières premières.
Il se pose la question du paiement du surcoût de la maîtrise des OGM.
S'il est supporté par le consommateur, il est fort probable, qu'à terme, on tende vers deux productions :
l'une majoritaire susceptible de contenir des OGM
l'autre, minoritaire, garantissant l'absence d'OGM





Mis à jour le 07 février 2008 à 15:00