logo entretiens Energies de la mer bandeau entretiens Science et Ethique

Veilles internationales
Informations du 25/09/2020

Energies de la mer
www.energiesdelamer.eu

energiesdelamer.eu vous souhaite un bon week-end de 15 août


B R È V E S


Photos des entretiens
Consultez nos photos des entretiens Science et Ethique 2008

Retrouvez les entretiens sur canalc2.tv
Les entretiens Science et Ethique sont intégralement disponibles en vidéo sur canalc2.tv


2008 : Patrimoine maritime, ressources et économies du littoral. Recherche, nouvelles compétences et nouveaux métiers de la mer > Introduction >  Discours d'ouverture

Discours d'ouverture

François Cuillandre, Maire de Brest, représenté par Fabrice Huret, Vice président de Brest Métropole Océane chargé de développement économique.
Michel Ricard, Président du Conseil national du Développement durable, Président du Comité National Français de la Décennie des Nations Unies de l'Éducation en vue du développement durable, Président des entretiens Science et Ethique.

Biographies :

RICARD Michel, HURET Fabrice

Compte rendu :

Voir la vidéo de Fabrice Huret et Michel Ricard

Transcription :

16 octobre 2008 Discours d'ouverture


Discours de Fabrice Huret :

Je suis très heureux de vous accueillir à Brest au nom de François Cuillandre et en particulier à Océanopolis, au centre d’un outil de compréhension et de découverte des mondes marins, et un véritable lieu de culture scientifique et citoyenne.

Comme chaque année, c’est un vrai plaisir d’y recevoir les entretiens « Science et Ethique ».
J’en suis convaincu : ce colloque est une brique essentielle de la vie scientifique brestoise. Parce que cette vie scientifique est intense toute l’année que ce soit par les colloques internationaux que nous accueillons ou encore par la présence de nombreux centres recherches.
Parce que la mer en particulier est vécue ici comme une ressource aussi riche que fragile

Parce qu’aussi nous cumulons les nombreuses problématiques soulevés par les entretiens

Peut-être ici plus qu’ailleurs, la sensibilité au progrès est prégnante. Vous le savez, Brest a parié très tôt sur le développement de son potentiel scientifique pour assurer la lisibilité de la ville au niveau national et international. J’en veux pour preuve la Sea Tech Week qui a débuté cette semaine et qui montre bien que Brest a atteint sa maturité scientifique et économique au niveau européen

La question de la « croissance bleue » est bien évidement au cœur des préoccupations de notre développement.

C’est aussi une certaine idée que nous nous faisons de la croissance. En effet, plus que jamais la qualité de cette croissance compte autant pour nous que son rythme.

En étant à la confluence d’intérêts économiques, environnementaux et sociaux, la croissance bleue traduit parfaitement les enjeux de développement durable qui découlent de la connaissance des océans.

Energie du future, gestion des zones côtières ou encore respect de la biodiversité, impliquent pour aujourd’hui et pour demain une gestion durable de nos territoires qu’ils soient terrestres ou marins.
Brest restera toujours attaché à cette approche du développement maritime.

Les relations de l'Homme à son environnement ne sont pas figées et uniques. Elles dépendent des représentations que les différents acteurs se font de cet environnement, de la façon dont ils utilisent ses ressources, voire de la manière dont ils légifèrent.

Il est important que chaque communauté, scientifique, juridique, économique, associative, et bien entendu, politique, puisse croiser leur point de vue et leurs initiatives.
C’est pourquoi aussi j’insiste sur l’importance de fédérer les volontés, de trouver des synergies communes et de partager le plus largement possible les objectifs. Cet esprit fédératif est, je crois, une marque de fabrique à Brest. C’est aussi une conscience que le progrès est porteur de richesse autant que de risque.
Ceci doit nous pousser à persévérer dans l’échange, la confrontation d’expériences, et surtout, dans l’éducation. Sur ce point, je salue les ateliers ouverts les entretiens Science et Ethique aux juniors.
Cela traduit dans les faits la nécessité de former les plus jeunes aux grandes questions que nous nous posons, parce que l’enjeu est bien celui de leur propre avenir.

En attendant, merci à toutes et à tous.
La qualité et la variété de cette assemblée réunie aujourd’hui honore notre ville. Elle promet la richesse des échanges, ce qui constitue une source d’optimisme ;
Je vous remercie
Bienvenue à Brest et je vous souhaite un excellent et fructueux colloque.


Discours de Michel Ricard :

Lucien Laubier était à la fois un ami et un aîné, c’est auprès de lui que j’ai commencé la biologie marine au laboratoire qui s’appelait jadis le laboratoire Arago à Banyuls et qui s’appelle maintenant l’Observatoire de Banyuls. J’avais de forts liens d’amitié avec Lucien Laubier que j’admirais beaucoup. Je suis professeur à l’Université de Bordeaux 3 et je suis également biologiste marin. Enfin je l’étais, car mes activités de recherche ont tendance à diminuer avec les autres aspects plus organisationnels qui touchent au développement durable c’est-à-dire à la fois au développement durable en tant que tel et dans sa démarche politique (pas au sens politicien, plutôt au sens de gouvernance). Par ailleurs, je suis en charge depuis trois ans du Comité français
de la Décennie des Nations Unies de l’Education pour un Développement Durable.

Autrement dit, tout ce qui se rapporte à l’éducation durable à la fois en milieu scolaire, en milieu universitaire mais également dans les autres secteurs qui ne concernent pas uniquement les jeunes mais l’ensemble des citoyens, c’est-à-dire formation initiale et continue, information et prise de conscience. C’est la raison pour laquelle le comité français organise à Bordeaux du 27 au 29 octobre prochain une conférence internationale* qui portera sur l’éducation, la formation et l’information sur le développement durable.

Quand Brigitte Bornemann-Blanc m’a demandé de remplacer Lucien Laubier et de prendre la responsabilité de la présidence des entretiens Science et Ethique, je l’ai fait avec grand plaisir mais ce n’est pas de gaieté de cœur que je remplace Lucien Laubier.

Je trouve que c’est un travail formidable et la thématique est une thématique à laquelle je suis attaché. Je suis très heureux, en tant que président successeur de Lucien Laubier, de vous accueillir à mon tour.

Bien entendu, je serai présent tout au long de ces entretiens Science et Ethique mais pas pour me manifester car moins je me manifeste mieux c’est (j’entendais tout à l’heure que c’était bien de prendre la parole mais encore faut-il savoir la rendre mais je sais que la modératrice sera parfaite dans cette démarche).
Je vous remercie de votre présence, c’est le côté le plus important et le plus encourageant, et je vous demande aussi d’applaudir Brigitte Bornemann-Blanc et son équipe.


*Agir ensemble pour Éduquer au Développement durable
http://www.decennie-france.fr/index.php?page=readActu&id_actu=998〈=fr





Mis à jour le 09 décembre 2008 à 11:49